Rousseau: de notre nature, de nos droits, de notre éducation

Ce n’est donc pas tant l’entendement qui fait parmi les animaux la distinction spécifique de l’homme que sa qualité d’agent libre. La nature commande à tout animal, et la bête obéit. L’homme éprouve la même impression, mais il se reconnaît libre d’acquiescer ou de résister; et c’est surtout dans la conscience de cette liberté que se montre la spiritualité de son âme; car la physique explique en quelque manière le mécanisme des sens et la formation des idées, mais dans la puissance de vouloir ou plutôt de choisir, et dans le sentiment [ou la conscience] de cette puissance, on ne trouve que des actes purement spirituels, dont on n’explique rien par les lois de la mécanique.

Oeuvres Complètes, préface de Jean Fabre, Edition Michel Launay, 3 Tomes, T. 2, page 210, Paris: Seuil, 1971

 

Documents correspondants

Rousseau-de-notre-nature-de-nos-droits-de-notre-education-version-nouvelle
Titre: Rousseau-de-notre-nature-de-nos-droits-de-notre-education-version-nouvelle (0 clic)
Légende:
Nom du fichier: rousseau-de-notre-nature-de-nos-droits-de-notre-education-version-nouvelle.pdf
Taille: 555 KB